3D1 – Atouts d’être psychologue pour nos interventions

Le fait d’être psychologue

Nous permet :
+ d’être celui qui, de sa position extérieure va permettre aux différents sujets de prendre conscience des problématiques pour les rendre saillants et leurs permettre de démêler les rouages de leur fonctionnement.
+ de faire usage de tests, de modèles, de s’appuyer sur un code déontologie
l’entretien (semi-directif ou non directif) et l’observation sont très importants
Permet à nos patient :
+ de pouvoir faire un retour sur soi et une réflexion permettant la prise de conscience des données agissantes en interne comme externe.
+ La circulations de la parole et la pensée, en restaurant un décalage, un tiers, entre différents éléments.

Notre démarche de psychologue (Titre Psychologue – université …) :
+ fait référence quand il est nécessaire à la psychanalytique (thérapie analytique : concepts freud, Lacan, Yung…) qui met l’accent sur le lien entre les difficultés actuelles et les expériences, les conflits antérieurs refoulés ou non résolus,
+ est comportementale en mettant l’accent sur l’analyse des comportements, des processus cognitifs et du milieu de vie de l’individu,
+ est humaniste et met l’accent sur le présent, fondée sur la capacité de l’individu à se réaliser pleinement en comprenant ses façons d’être ou d’agir (co-construction et alliance thérapeutique selon Carl Rogers. Basée sur l’écoute bienveillante et le respect inconditionnel de la personne
+ est neuropsychologique puisqu’elle met l’accent sur les répercussions du fonctionnement du cerveau sur le comportement
+ est systémique en mettant l’accent sur le type d’interaction existant entre une personne et son entourage (famille, amis, collègues de travail, etc.) pour résoudre ses problèmes personnels et relationnel.

Ainsi pour :
+ aider nos patients à prendre conscience des éléments posant problèmes et à en démêler les différents rouages
+ repérer les personnalités pouvant présenter des désordres pathologiques.
nous appuyons sur :
+ la compréhension des différents mécanismes de défenses et des modèles psychologiques.
+ les connaissances cliniques des différentes pathologies
+ l’utilisation de tests cognitifs et cliniques